mercredi 17 décembre 2014

pour une médecine libre et indépendante par Dr Dominique Thiers-Bautran

 j'ai copié ce post pour l'amplifier mais je viens de voir qu'il existe  sur le site 
http://ufml-asso.org/82-articles-en-vedette/conseil-d-administration/97-il-en-est-des-faits-comme-des-chiffres-ils-sont-tetus.html

Donc allez lire l'original et les autres posts importants sur la loi santé 
Il en est des faits comme des chiffres : ils sont têtus.

Têtue aussi l'UFML qui, depuis sa naissance, annonce haut et fort le drame qui se joue et qui conduit inexorablement à la fin de la médecine libérale, la fin de la médecine libre et indépendante, la fin de La Médecine.

Petit rappel historique : au moment de l'escroquerie de l'avenant 8 ( 1 ), un petit groupe de praticiens, visionnaires bien au delà de la médiocre cause d'un conservatisme aveugle, entrevoit les chaines à venir : l'assujettissement des médecins aux décideurs do t ils sont exclus, ce thème était, est et restera au centre de nos préoccupations . 

L'avenant 8 est la pierre d'angle de l'encadrement tarifaire, cheval de Troie du CAS qui ouvre la voie non seulement à l'encadrement des pratiques mais aux réseaux de soins fermés, ce que laisse entrevoir l'entrée dans le système paritaire des complémentaires , d'autant plus crédible qu'en octobre 2012 monsieur Le Roux dépose un projet de loi visant à autoriser ces réseaux ( 2 ).

Nous sommes en novembre 2012 , le C à 23 euros est le tarif le plus bas d'Europe, la CCAM n'est plus revalorisée depuis des années, bien peu évoquent l'indigence des tarifs opposables préférant le scandale des "dépassements " . 
La campagne de dénigrement du milieu médical bat son plein depuis des mois, le médecin est un nanti irresponsable.

Le temps presse, la profession vieillit, s'épuise, se décourage, se résigne, les jeunes ne s'installent plus.
Et pourtant, rien ne bouge : les syndicats signataires se félicitent de l'avancée sociale de l'encadrement des tarifs, les bien pensants ricanent de l'affront qu'ils croient réservés aux seuls secteur 2, la profession continue à creuser sa tombe.
Nous exhumons alors un texte extraordinaire, un texte fondateur : un rapport de l'ENA de 2008. ( 3 )
Quatre élèves de la promotion Zola 2010 reçoivent pour mission la rédaction d'un rapport sur les rémunérations des médecins libéraux, dont le préambule, imposé par le professeur, plante le décor : les médecins libéraux sont très( trop ) bien rémunérés, les dépassements d'honoraires mettent en péril l'accès aux soins...

Stupéfaction !! ce texte, c'est l'avenant 8 , à quelques virgules prés, construit sur des assertions 
plus que des preuves, quelques contre vérités et beaucoup de préjugés, est ce ainsi que l'état construit ses lois.

L'UFML tente de s'opposer à la mise en place du CAS ( 4 ) : elle gagne la bataille juridique, mais perd la bataille stratégique, l'assurance Maladie fait signer en catimini l'avenant 11 aux syndicats, qui annule les clauses requises à la mise en œuvre du CAS . Car telles sont les méthodes des tutelles : c'est dire l'importance de ce CAS dans la stratégie, c'est dire l'aveuglement des représentants de la profession.

Tandis que nous tentons de réveiller les consciences sous les quolibets et les insultes (irresponsables " "agités du web" selon la CSMF " ultra libéraux" "poujadistes" selon d'autres), madame Touraine fourbit ses armes . 
En juin 2013, est publié le rapport Cordier , rapport des 19 sages commandité par la Ministre . Ses recommandations tiennent en quelques items :
- parcours coordonné de soins en tarif opposable
- efficience
- tiers payant généralisé
- hospitalocentrisme
- droit des usagers
- délégation des compétences

La médecine sans médecins, la médecine fléchée est en train de naitre, confirmant nos premières analyses.
La politique de santé est décidée par les technocrates et les financiers , les professionnels de santé deviennent de simples effecteurs tandis que les patients ne sont que des usagers.
L'UFML dénonce toujours la perte d'indépendance du médecin qui tombe sous la coupe des financeurs.

Les réseaux mutualistes se déchainent : sur les réseaux sociaux Santeclair mène une campagne de dénigrement systématique contre les médecins, dans la presse, sur les murs d'affichage les campagnes publicitaires pour complémentaires font flamber les frais de gestion, en toute opacité , le ministère ayant accordé aux organismes de ne pas les publier.
L'UFML intente une action en diffamation .

En novembre 2013, madame Touraine présente la Stratégie Nationale de Santé, qui n'est pas autre chose que la mise en application du rapport Cordier.

L'UFML poursuit son action d'information, de mobilisation, participe à la création du Collectif de Mars avec les autres professionnels de santé tout autant malmenés, organise différentes actions destinées à attirer l'attention sur ce qui se prépare en coulisse. La FMF, le BLOC, la FNMR et d'autres syndicats non signataires partagent l'analyse et entreprennent une mobilisation laborieuse

Pendant ce temps la LFSS confirme l'entente tarifaire UNCAM et UNOCAM, instaure les "contrats responsables " et la complémentaire pour tous tandis que la loi de sécurité de l'emploi impose aux employeurs l'acquisition d'une complémentaire pour tous les salariés.
Si le piège se referme autour des médecins, le marché des complémentaires se développe sur le thème de l'accés aux soins et le reste à charge.

Pourtant rien ne bouge ( 5 )
Les syndicats signataires continuent de fustiger les " groupuscules extrêmistes ", plaident pour un réalisme syndical d'accompagnement, protestent mollement contre les sanctions administratives par des directeurs de caisse omnipotents et font mine de s'insurger devant l'absence de revalorisation depuis des années.
L'annonce du Tiers Payant Généralisé fait lever un sourcil, malgré les propos rassurants de la ministre . 
Là où nombre de syndicats ne voient qu'une somme de difficultés techniques et une déresponsabilisation du patient, l'UFML dénonce cette mesure car elle est la condition nécessaire de la mise en œuvre de l'assujettissement des pratiques par la contrainte financière , la possibilité de rétention d'honoraires, d'application de coefficients minorants à la source etc…, 

Les campagnes de manipulation d'opinion s'accélèrent : erreurs médicales, actes inutiles, escroqueries à l'assurance maladie, testings pour les refus de soin, accusations de racisme, mise en doute des principes déontologiques, extorsion du pouvoir d'achat des français par des professionnels de santé .... 
La profession est sous le choc, incapable de réagir en masse. 

Inlassablement, l'UFML organise des réunions à Paris et en province, sollicite les journalistes, les politiques, envahit les réseaux sociaux et la presse professionnelle avec une idée fixe : dénoncer l'étatisation des pratiques et la privatisation du financement enfermant patients et médecins dans un même étau .
Elle organise des actions chocs, comme la journée noire du burn out, "les mutuelles vous enfument ".

En juillet 2014, le projet de loi santé est déposé . 

L'UFML, très rapidement , réalise qu'elle est le point final de la médecine libérale . 
Le point le plus important n'est pas la confirmation du TPG, pas non plus la délégation de compétences : le point crucial est que la santé devient une fonction régalienne de l'état qui, en partenariat avec les organismes d'assurance maladie ( UNCAM et UNOCAM) décidera des objectifs et des moyens de la politique de santé que les ARS, aux pouvoirs accrus, déclineront sur les territoires. Elle lance le Le NoNego, la loi doit être retirée.

Les syndicats représentatifs, enfin , en appellent au Front Uni en novembre 2014 .
L'Union se fait contre ce projet de Loi, les revendications diffèrent parfois, portant sur des revendications tarifaires ou conditions techniques du TPG que sur l'esprit de la loi, les déterminations à en demander le retrait sont plus ou moins fermes mais l'Union avance.

Enfin, pour la première fois en plus de deux années, la CSMF fait paraître le 16 décembre 2014 un communiqué où apparait le mot " ASSUJETTISSEMENT " .

Que de temps perdu, que d'énergies gaspillées avant d'identifier enfin notre véritable ennemi .
C'est un combat idéologique que nous allons devoir mener.
Mais ensemble nous serons plus forts .

Ces deux dernières années, nous avons affuté nos critiques, acquis une certaine expérience sur les méthodes employées à l'égard des médecins et resterons très vigilants quant à la désignation des véritables objectifs de la mobilisation .
Nous ne nous battons pas pour un C à 25 euros, ou une carte vitale Gold tout-en-un. 
Nous nous battons pour la survie de notre métier, pour le maintien de sa nécessaire indépendance, tant à l'egard des financeurs que des technocrates déconnectés du terrain, tels les auteurs du rapport ENA qui ont rédigé rien moins que la mise à mort de notre profession.
Le mouvement qui s'annonce sera dur, n'en doutons pas, car nous n'avons d'autre choix que combattre ou disparaître.

A tous, nous souhaitons courage et détermination pour cette fin 2014.

D. Thiers Bautrant

1 - http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000026733742 

2- http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion0296.asp 

3- La rémunération des médecins libéraux " Option approfondissement , ENA, promotion 2008-2010 Zola

4- http://www.ufml.fr/2013-11-28-20-31-41/presse/718-faute-de-chiffres-clairs-le-contrat-d-acces-aux-soins-prend-du-retard-cas-ufml.html 

5- http://www.ufml.fr/2013-11-28-20-31-41/conseil-d-administration/1110-le-bilan-sera-terrible-il-faut-bouger.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

c'est à vous de réagir ....